La danse de compétition

LA DANSE DE COMPÉTITION

dominique1

Dominique CRAND Plusieurs fois champion de France latines, standards et 10 danses. Une des meilleures références françaises de la compétition internationale et du show professionnel, ici avec sa partenaire Sylvie Perdrijau

La danse de compétition se pratique dans presque tous les pays du Monde. La Fédération mondiale contrôle les championnats officiels, du Monde et Continentaux. De nombreux pays comptent leurs licenciés par centaines de milliers (Royaume-Uni, Allemagne, Pays scandinaves, Russie, Chine…). Au milieu de tout cela la France est une bien petite nation !

Mais la danse de compétition n’est pas réservée à l’élite… Également nommée « danse sportive », elle est gérée dans notre pays par des associations et fédérations, à l’instar des autres activités sportives.
Il existe plusieurs catégories d’âges (2 catégories pour enfants, 1 pour ados, et 4 tranches d’âge pour les adultes). Également plusieurs niveaux, du débutant au niveau international. Les professionnels ont leurs compétitions réservées.

Lors d’une compétition, plusieurs couples de la même catégorie dansent ensemble sur la piste un programme de plusieurs danses, l’une après l’autre. Le jury éliminera lors de rounds qualificatifs les couples les moins appréciés, pour ne garder que les meilleurs en lice pour la suite de la compétition. Le nombre des couples diminuera ainsi jusqu’à 12 (demi-finale), puis 6 (finale). Les finalistes se lanceront ensuite une dernière fois en piste pour décrocher la meilleure place possible.

La qualité de la danse et de l’interprétation musicale, le rendu des chorégraphies, une technique très élaborée et une tenue parfaite comptent parmi les critères de jugement et de classement des couples.

La compétition est une affaire de passionnés. Elle exige un haut niveau d’investissement, mais elle donnera en échange des satisfactions et des enseignements passionnants. Elle développe le sens artistique et musical. Le travail physique qu’elle requiert renforcera la tonicité, la tenue et l’équilibre. Elle impose aussi une concentration constante et une permanente remise en cause de soi dans le respect de l’autre, le ou la partenaire. Elle enseigne l’humilité en face du savoir comme face à ses résultats…
Sur leur chemin de nombreux compétiteurs révéleront des aptitudes dont ils ne se croyaient pas capables.
Dominique CRAND, Entraîneur de danse de compétition et juge international, certains couples viennent de très loin pour trouver auprès de moi une part de leur progression. Cela vous tente ? dominique.crand@orange.fr – 05 49 80 42 20 – 06 63 98 82 95

 

Les danses de compétition sont partagées en 2 disciplines :

Les danses « standards »

sinkinsonValse lente : Également nommée valse anglaise, cette danse est issue de l’ancien boston ou valse hésitation. Sur sa musique romantique les danseurs glissent avec une facilité ponctuée d’impétueux élans.

Tango : Avant tout musique et chant, le tango est né dans les faubourgs immigrés de l’Argentine. Il peut revêtir différentes formes, mais il garde avec la danse sportive sa forte charge passionnelle, tour à tour introverti et théâtral.

Valse viennoise : La musique romantique allemande ordonnance la célébration de cette valse classique, empreinte d’une élégance raffinée. L’incessant tourbillon des couples enlacés donne l’image d’une parfaite harmonie.

Slow foxtrot : Danse dérivée du fameux foxtrot, sa musique swinguée est très lente. Les couples évoluent avec naturel et fluidité, mais cette balade exige un excellent contrôle technique.

Quickstep : Sa musique inspirée du foxtrot et influencée par le jazz, est gaie et dynamique. Ses pas chassés et sautés, ses pas de charleston, ses jetés de jambes, font du quickstep une danse vraiment pétillante.
cours de valse, tango

Les danses « latines américaines »

tornsberg-toftSamba : Symbole du Brésil, cette musique est de loin la plus « afro » par ses percussions et ses syncopes. La samba entraîne les danseurs dans des marches et des figures exubérantes et provocatrices, à l’image des célèbres carnavals brésiliens.

Chachacha : Issu du danzon, danse populaire cubaine, l’ancien « mambo con chachacha » des dancings de La Havane n’est que joie et insouciance. Des actions de hanches espiègles ponctuent son rythme très marqué.

Rumba : Elle est issue du « son », mère de toutes les musiques cubaines. Des chorégraphies empreintes de séduction et de sensualité, des mouvements de corps et de hanches suggestifs, font de cette danse la « danse de l’amour ».

Pasodoble : Cette musique aimée des Français évoque immanquablement la corrida. Le danseur et sa partenaire se livrent un combat fier et passionné où se mêlent des images de tauromachie et de danse espagnole.

Jive : Inspiré de musiques jazz telles que le jitterbug et le boogie, le jive est la forme de rock n’roll la plus dansée dans le monde entier. En danse sportive son rythme marqué soutient les danseurs dans leurs chorégraphies très dynamiques et sautillantes.