Ma carrière de compétition

DANSE DE COMPÉTITION

dominique2Ma carrière de compétition est la première de mes références. Au fil de la pratique la compétition exige un travail toujours plus intense. La danse en vient à modeler l’esprit autant que le corps, imprégnant chaque comportements et chaque pensée. Aujourd’hui mes acquis sont le terreau fertile de mon enseignement, à quelque niveau qu’il s’adresse et même s’il n’en paraît rien. Voici donc la petite histoire de « ma » danse, celle que j’ai découverte et pratiquée… juste au siècle dernier !

showdance2Ma partenaire Sylvie Perdrijau et moi nous sommes connus dans une école de danse, bien sûr ! Nous étions tout jeunes compétiteurs quand nous avons eu la chance d’assister aux démonstrations professionnelles de deux couples français de renommée mondiale : René et Josette Barsi et Michel et Odile Aufrère. Dans des prestations éblouissantes ils maltraitaient nos fragiles certitudes en nous imposant une toute autre image de la danse, une sorte de présentation de la musique en images, qu’ils servaient avec brio par des chorégraphies rythmées et des actions souples et engagées. Rêvant de suivre à notre tour une belle carrière de compétition, fascinés par l’excellence qui nous manqua bientôt, nous avons aussitôt décidé de suivre ce chemin.

final_3show_rumba_cergy_nb__019479900_1614_16082013La danse a pris dès lors la plus grande part de nos vies, recalant week-ends, sorties et vacances… Cela allait durer 12 ans, à commencer par des entraînements quotidien au club de Courbevoie, et des cours particuliers hebdomadaires avec Michel et Odile Aufrère. Mais bientôt une belle récompense, notre premier titre de champions de France latines en 1979 !

Un jour nos entraîneurs nous conseillèrent de compléter le travail que nous faisions avec eux par des cours que nous irions prendre en Angleterre, pays qui dominait à cette époque la compétition mondiale. C’est donc timidement, lustrant avec soin le vocable qui nous restait de nos cours d’anglais, qu’en mars 1980 Sylvie et moi sommes entrés au Moonglow Dance Studio à Londres, pour une série de 8 heures de cours particuliers qui nous avaient été réservées ce week-end là. Mais le lendemain, en quittant Geoffrey Clapham et Pamela McGill, top coaches professionnels anglais, notre vie rebondissait encore : nous avions réservé des rendez-vous pour le mois suivant.

dominique4Ces allers-retours ont duré des années, chaque mois pour une durées de 3 à 6 jours et parfois davantage. A Londres nous buvions les paroles et les recommandations de nos désormais nombreux professeurs, tous ex champions du Monde ou coaches du top niveau. Parmi eux Walter Laird, Michael Stylianos, June McMurdo, Frank Venables, Michael Houseman, Barbara Grover… Nous sommes aussi allés quelquefois en Allemagne suivre l’enseignement de Peter Hoelter, de Michael Hull… Au total plus de 1000 heures de cours particuliers !

scene_2cergy_show_standards__074297600_1558_16082013A Londres après les cours de danse, il y avait les « practices sessions », ces entraînements collectifs où chaque couple danse inlassablement ses enchaînements en traquant le moindre défaut. Nous tentions d’imiter les meilleurs couples, ils étaient tous là… au début c’était terrifiant.
C’est alors que notre carrière de compétition a réellement pris son essor. En prenant part aux compétitions anglaises, en fréquentant le Top niveau mondial, qui se retrouvait plusieurs fois l’an à Londres dans le cadre des grands « Open » qui attiraient des centaines de couples de tous les pays. C’est là qu’à force, peu à peu, nous nous sommes hissés à leurs côtés. Le British Open, l’International Championships, le United Kingdom, les Bournemouth, IDTA, Imperiel, Gamba, Balletique Championships, le Laird Classic… nous ne manquions pas une « major event » chaque année.

dominique5Pendant le même temps en France, nous avons additionné 8 titres de champions de France, latines, standards ou 10 danses, et avons de ce fait représenté notre pays dans les Championnats officiels, du Monde, d’Europe, et également dans les Tournois internationaux. Un emploi du temps bien rempli !

Nos meilleurs résultats ? En danses latines, ½ finalistes de la Coupe du Monde 10 danses et finalistes du Championnat d’Europe de l’Ouest latines, mais cela ne parle guère… Par contre les spécialistes le savent bien, ce sont des résultats comme notre place de 31ème au British Open latines (Blackpool…) en 1981, ou de 7ème au « Laird Classic » qui nous ont valu le statut de « Top couple », beaucoup plus parlant ! En danses standards notre place de 80ème au British Open n’a été dépassée depuis que par une poignée de couples français.

Il reste de cette carrière de compétition des photos, affiches, journaux, vidéos… de belles photos pleines pages du Figaro Magazine, des articles et photos de France-Soir et d’autres, des interviews, dont une par Michel Drucker… également des photos, reportages et commentaires dans la presse spécialisée étrangère, Dance News entre autres.